Le loup à travers l’histoire

Le loup en Alsace

Les premières traces du loup en Alsace remontent à presque 3 millions d’années. Il disparaît peu à peu de la région, jusqu’à ne plus y vivre au début du 20ème siècle. Mais il a laissé une trace indélébile dans l’histoire et dans l’imaginaire collectif des habitants.

Le Moyen- Âge

La présence du loup est attestée en Alsace depuis le Moyen- ge. Charlemagne envoyait ses comtes et vassaux le chasser. Cela leur permettait de s’exercer à la guerre et de canaliser leur violence. Les chevaliers recevaient des primes pour chaque tête de loup tué et pour la vente de fourrure.
Pendant les temps de guerre, le loup se nourrit des victimes et élimine les cadavres, qui pouvaient provoquer des épidémies. C’est donc parce que le loup est particulièrement présent en temps de guerre, qu’il est l’image du mal. Les chrétiens voient en lui l’incarnation du diable et de l’Antéchrist qu’il faut à tout prix éliminer. Mais en temps de paix ou de conquête des terres, l’animal se fait plus rare.
La présence du loup permettait aussi de masquer des meurtres. Le loup mangeait les cadavres et effaçait donc les preuves. Il endossait donc toute la responsabilité.

Le 19ème siècle

Entre 1801 et 1805, les loups sont plus nombreux que jamais en France et dans toute l’Europe.
Puis, il a subit une grande extermination. Il est considéré comme un danger public, vecteur de la rage. Bien que la rage du renard soit plus dangereuse, la peur de l’animal et d’une contagion fait du loup une cible à abattre.
Le premier à avoir eu le vaccin fut un Alsacien, Joseph Meister. Mais les 5 vaccinés suivants étaient des Russes, mordus par les loups.

Pour aller plus loin :

  • Erckmann-Chatrian : Hugues le Loup
  • Thomas Pfeiffer : Sur les traces des brûleurs de loups

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.